Apnée centrale du sommeil : causes, symptômes et traitements

11 septembre 2017

Tout le monde ou presque connaît l’apnée obstructive du sommeil. Elle est causée par une obstruction des voies aériennes supérieures qui empêche la circulation de l’air.

Il existe pourtant une autre forme de pathologie similaire mais beaucoup plus rare : l’apnée centrale du sommeil. Dans ce cas de figure, c’est le cerveau qui est à l’origine du problème.

Nous vous donnons dans cet article quelques explications pour mieux comprendre de quoi il s’agit.

Vous RONFLEZ ? Il y a des SOLUTIONS ! [CLIQUEZ ICI]

 

Comment se passe une apnée centrale ?

Lorsqu’une personne souffre d’apnées centrales du sommeil, ses mouvements respiratoires s’interrompent brièvement en l’absence de signaux envoyés par le cerveau. La respiration s’arrête pendant plusieurs secondes. Les poumons ne sont plus alimentés en oxygène. Le taux d’oxygénation du sang chute.

Un signal d’alerte est alors adressé aux muscles respiratoires afin de réenclencher la ventilation. Le patient respire à nouveau et les messages émis par le cerveau reprennent normalement jusqu’à la prochaine apnée. Et ainsi de suite tout au long de la nuit.

Quelle est l’origine d’une apnée centrale ?

Comme nous venons de le voir, dans l’apnée centrale du sommeil il n’y a pas d’encombrement des voies aériennes supérieures contrairement à l’apnée obstructive. Une défaillance dans la transmission des messages nerveux est responsable du problème.

En effet, si la communication entre le cerveau et les muscles respiratoires fait défaut, c’est parce qu’il réside une déficience au niveau du tronc cérébral ou de la moelle épinière.

Quelle est la cause d’une apnée centrale ?

L’apnée centrale du sommeil s’observe chez des patients qui connaissent une insuffisance rénale ou cardiaque, ou qui ont été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Les personnes atteintes d’une maladie neurologique ou dégénérative peuvent également souffrir de cette affection respiratoire nocturne.

Par ailleurs, la prise de certains médicaments entre en ligne de compte dans la survenue des apnées centrales (codéine, morphine, méthadone…). Plus anecdotique, un séjour prolongé en altitude peut aussi conduire temporairement à ce phénomène.

Quels sont les symptômes d’une apnée centrale ?

L’arrêt bref et répété de la respiration au cours du sommeil est le principal symptôme du syndrome d’apnée centrale. Cette interruption de l’inspiration entraine des micro-réveils inconscients dont la fréquence compromet la qualité du sommeil.

Une personne atteinte de la pathologie présente une fatigue importante en journée et une incapacité à se concentrer efficacement. Les maux de tête sont également fréquents au réveil. En revanche, à la différence de l’apnée obstructive, le ronflement n’est pas obligatoirement un symptôme révélateur de l’apnée centrale.

Comment dépister l’apnée centrale ?

Parce que la répétition des apnées centrales a de nombreuses répercussions sur la santé, le dépistage est indispensable.

En procédant à l’étude minutieuse du sommeil lors d’une polysomnographie, le praticien détermine la nature de la déficience. Des examens complémentaires sont éventuellement pratiqués pour confirmer les hypothèses. Le médecin envisage ensuite un traitement adéquat pour son patient.

Comme pour l’apnée obstructive, l’utilisation d’un appareil à pression positive continue (PPC) assure la continuité de la respiration chez un malade atteint d’apnées centrales.

SOLUTIONS pour ne plus RONFLER ! [CLIQUEZ ICI]