Sueurs nocturnes : la transpiration révèle l’apnée du sommeil

2 août 2017

Les sueurs nocturnes sont un des nombreux symptômes de l’apnée du sommeil. Associée à d’autres signes caractéristiques, la transpiration excessive la nuit pourrait révéler cette pathologie respiratoire.

Cependant, avoir des suées abondantes pendant son sommeil peut signifier d’autres dérèglements ou maladies. A condition bien sûr de ne pas dormir dans un environnement surchauffé… Ainsi, une modification hormonale liée à la ménopause chez la femme, une angoisse ou une anxiété provoquée par le stress favorisent les sueurs nocturnes.

Vous RONFLEZ ? Il y a des SOLUTIONS ! [CLIQUEZ ICI]

 

Sueurs nocturnes et faisceau d’indices convergents

Un individu soufrant d’apnées du sommeil présente des symptômes pathologiques. Il est d’abord victime de longues pauses respiratoires récurrentes. Elles entrainent à chaque fois une diminution soudaine de l’oxygénation du sang avec des conséquences néfastes sur l’organisme.

Le ronflement est sévère et intermittent. A tel point qu’il gêne les personnes endormies à proximité. Le malade donne aussi l’impression d’étouffer ou de suffoquer dans son sommeil. Il se réveille plusieurs fois, souvent dans des draps mouillés par une transpiration abondante. Ce sont les fameuses sueurs nocturnes.

En outre, les mictions, c’est-à-dire le besoin d’uriner, sont fréquentes. Elles obligent le dormeur à se lever plus d’une fois au cours de la nuit pour soulager sa vessie (nocturie).

En journée, il éprouve des maux de tête et ressent une grande fatigue l’amenant à somnoler facilement. Son humeur est irritable. Ses capacités cognitives déclinent au détriment de la concentration. Au travail comme à la maison, les tâches qui semblaient simples par le passé deviennent plus laborieuses.

Que faire en cas de sueurs nocturnes ?

La confrontation aux sueurs nocturnes mais aussi à plusieurs symptômes typiques de l’apnée du sommeil impose de consulter son médecin. Car les risques pour la santé sont multiples. L’apnée du sommeil entraine principalement des complications cardiaques et vasculaires. De plus, le déficit d’attention qu’elle engendre représente un risque élevé d’endormissement au volant et d’accident au travail.

En règle générale, le traitement du syndrome d’apnée obstructive du sommeil repose sur l’utilisation d’un appareil à pression positive continue (PPC). Sa fonction est d’assurer une ventilation automatisée des voies aériennes supérieures afin de supprimer les ronflements et les apnées. On peut également employer une orthèse d’avancée mandibulaire dont le rôle est de maintenir la mâchoire en avant pour faciliter la respiration.

Et pour réduire la survenue des sueurs nocturnes, il est possible d’adopter quelques gestes simples placés sous le signe du bon sens. Privilégier des vêtements de nuit légers, utiliser du linge de lit souple, préférer une literie aérée, retirer les couettes en été et chauffer modérément la chambre en hiver (environ 18 degrés) sont autant de petites astuces pour limiter la transpiration la nuit. Sans oublier la douche froide en période de canicule…

Lorsque la qualité de sommeil est de retour, le patient n’est plus sujet à la somnolence diurne. Il retrouve son tonus physique et ses facultés cognitives.

Autres causes des sueurs nocturnes

Pourquoi transpire-t-on ? Pour réguler la température du corps grâce aux glandes sudoripares. La transpiration est donc un phénomène naturel. Mais transpirer beaucoup la nuit s’apparente davantage à des sueurs nocturnes. Ces dernières peuvent révéler une apnée du sommeil. Nous en avons déjà parlé précédemment. Toutefois, d’autres causes sont à l’origine de cette forte transpiration nocturne chez l’homme et la femme. En voici quelques-unes.

  • Hormones
    Un dérèglement hormonal favorise la sueur nocturne. C’est le cas chez la femme dont la ménopause (ou une grossesse) occasionne un trouble du cycle menstruel accompagné de bouffées de chaleur. De même pour l’hypoglycémie qui correspond à un faible taux de sucre dans le sang, ou pour l’hyperthyroïdie qui provoque une sécrétion excessive d’hormones de la thyroïde.
  • Médicaments
    La prise de certains médicaments entraine des sueurs nocturnes : anti-dépresseurs, anti-diabétiques, paracétamol…
  • Maladies
    Une infection virale cause parfois une transpiration importante. On le sait tous, un rhume ou une grippe nous font souvent transpirer la nuit si l’on a de la fièvre.
  • Cancers
    Certains cancers comme le cancer de la prostate provoquent également des sueurs nocturnes.
  • Alimentation
    Enfin, manger un plat épicé, boire de l’alcool avant d’aller dormir conduisent éventuellement à ce désagrément durant le sommeil.
Vous RONFLEZ ? Il y a des SOLUTIONS ! [CLIQUEZ ICI]